Critique : La mouche, celle qui va vous piquer! David Cronenberg

« Je ... Je dis que je suis un insecte qui rêvait d'être un homme, et il l'aimait. Mais maintenant, le rêve est fini, et l'insecte est éveillé. »

(Seth Brundle)


· Ca parle de quoi ?

Seth Brundle est un scientifique brillant . Il travaille seul depuis longtemps sur un projet révolutionnaire : La Téléportation. Il montre donc son projet à Veronica, une journaliste qui tombe amoureuse de lui.

Après plusieurs tests, il décide de se prendre comme cobaye pour son expérience. Cependant, lors de l’opération, une mouche se glisse dans l’appareil ce qui fusionne les patrimoines génétiques des deux espèces. Seth va peu à peu se transformer en un hybride homme-mouche…

· Pourquoi mérite-t-il son titre de classique ?

Pour moi, la mouche est un chef d’œuvre ! tant par ses dialogues toujours aussi bien pensés et profonds ( je vous renvoie à la citation du début et à la scène de visite des téléporteurs entre Veronica et Seth) mais aussi ses effets spéciaux , en effet le maquillage de Jeff Goldblum est exceptionnel et a très bien vieilli, on est vraiment de plus en plus dégouté à chaque étape de sa mutation en mouche, ce film a mérité amplement son oscar de meilleur maquillage et coiffure en 1987.

En parlant de sa mutation , la progression est extrêmement intéressante car elle commence par les points positifs, en effet, le scientifique devient un « surhomme », il obtient des capacités physiques extraordinaire, il se prend pour « un dieu », et est persuadé du bien fait de son expérimentation.

Enfin, autre point important, le film est sorti pendant les années Sida, et cela se sent !Effectivement, la progression de la mutation est comme la maladie du Sida, inévitable et dégradant la personne atteinte rapidement sans que personne puisse l’empêcher ce qui provoque la peur autant chez le malade que les proches mais aussi les autres ( en effet, dans le film le patron de Veronica ne veut plus qu’elle aille voir Seth de peur que cette mutation soit contagieuse).


· Un film d’horreur qui n’en est pas un…


Même s’il fait partie du genre body horror (expose des violations graphiques sur le corps humain) pour moi ce film n’est pas que cela; c’est une réelle tragédie d’amour, en effet, si Seth Brundle décide de se téléporter c’est parce qu’il est triste que Veronica soit partie rejoindre son ex ! Quand à Veronica, elle doit regarder sans rien pouvoir faire la dé -gérescence de Seth alors qu’elle est enceinte de lui et va même devoir finir par l’abattre !

« The Fly »,dans sa version anglaise, raconte aussi la tragédie d’un homme qui se prends pour dieu comme dans les mythes grecs , et qui comme punition deviendra la plus insignifiante des choses c’est-à-dire un insecte.


· La conclusion :


Ce film mérite son titre de classique, ce film est plus qu’un simple film d’horreur , j’irais même jusqu’à dire que ce n’en est pas un! Breff, si vous voulez voir un film touchant et bien construit je ne peux que vous conseiller d’aller le voir !


Amaelle Larisse


Mots-clés :

Archives
Une équipe littosphérique
Emma%20Megardon_edited.jpg
Alexandre Desborbes.jpg
Léo_Quoit-Nastuzzi.jpg
Adrien Brunelot.jpg
Th%C3%A9mis%20Julien_edited.jpg
Charlotte%20Gruson_edited.jpg
91821817_592156398064446_472070703302259
Mathis%20Giovannetti_edited.jpg
Luc.JPG
Matthieu Litto'sphère (4).jpg
Aymeric.JPG
Baptiste.JPG
Florian.JPG
Lou.JPG
Maïlys.JPG
Articles archivés
Recherche par tags
Nos réseaux sociaux