Le SBMM dans Call of Duty Warzone, solution ou problème ?

Call of Duty, LE jeu de mon collège, Bo2 pour les connaisseurs. J’allais chaque soir après les potes retrouver mes copains en ligne et les défier en 1v1 sniper.

Call of Duty a eu un chemin rempli d’embuches avec des succès et des échecs, notamment sur les sorties des modes Battle Royal comme Le fiasco Black Out et le bon Warzone qui relance littéralement la licence face aux autres grands jeux comme Fortnite ou Apex. Warzone relance la licence et attire les anciens qui ont grandi avec cette licence. Il est une vraie alternative à Fortnite. Mais Warzone suscite encore de vives critiques et ce depuis le confinement avec des serveurs saturés dès 20h. En effet, Call of Duty applique du SBMM (Skill Based Matchmaking). Ce type de matchmaking crée des parties qui classent les joueurs en fonction de leur niveau. Les forts contre les forts et les débutants contre les débutants.

La preuve de son existence est réelle, officiellement d’une part car il était déjà présent depuis de nombreux Call of Duty. Il est aussi vérifiable in-game, jouez avec un compte pro et avec un compte débutant, le niveau des joueurs sera bien différent. Ce SBMM contribue à la rétention des joueurs. En effet, la majorité des joueurs étant des joueurs qui passent peu de temps sur le jeu, leurs statistiques sont basses et ils tombent contre leur niveau. Cela permet à Activision de réaliser du profit et des ventes sur le jeu (car il est gratuit).

Néanmoins il suscite beaucoup de critiques et de nombreuses théories existent autour du SBMM.


Un SBMM critiqué par les joueurs


Le SBMM est beaucoup critiqué par les joueurs forts ou expérimentés, une fois qu’ils ont passé les parties moins compliquée par rapport à leur niveau. Ils se retrouvent dans des parties plus difficiles et sont obligés de tryhard(1) pour faire de bonnes parties. De l’autre côté, les joueurs faisant partie des débutants tombent face à des débutants, et ils en sont satisfaits : ils peuvent progresser et avancer. Les débutants sont protégés par ce SBMM car il évite que les débutants se retrouvent face à bien plus fort qu’eux.

D’ailleurs, le SBMM est très efficace pour progresser, les joueurs qui le critiquent ne se dépassent pas. En montant de kda(2) contre des joueurs moins forts pour tomber contre plus fort, alors cela permet de jouer pour se dépasser et progresser. Cela dit, cette solution à ses limites pour les bons joueurs moins investis dans le jeu.

De nouveaux problèmes autres que la controverse des joueurs du SBMM se posent, il y a aussi le fait que certains joueurs accablés par le SBMM décident de smurf(3) et ruinent donc les games des joueurs débutants pour gagner toutes leurs games.


Des théories quasi-frauduleuses et anti fair-play qui planent au-dessus du jeu.


Des théories sur l’algorithme de matchmaking tournent, leurs fondements sont basés sur l’observation et sont quasi-prouvés, et ceux sur les documents ou témoignages d’anciens employés Activision peuvent sembler faux, car les sources sont peu fiables et trop peu nombreuses. Il existe principalement trois théories sur le SBMM Call of Duty actuel présent sur Warzone : Le pay-to-win(4), un avantage donné aux streamers et le script.

En effet, le SBMM serait un algorithme basé alors sur les mini transactions (achat dans la boutique), l’arme préférée et les statistiques des joueurs. Le principe de matchmaking sur les mini-transactions est très critiqué, car le jeu devient alors un « pay to win ». Or, Warzone est un jeu gratuit. Cela crée une différence entre les joueurs ayant la capacité d’investir dans la boutique et ceux qui ne le font pas ou ne peuvent pas : une inégalité sportive basée sur l’argent. Le pay-to-win ne favorise pas la compétition sportive. C’est déloyal et le jeu ne repose plus sur le skill.

De plus, les streamers seraient avantagés car ayant des lobbies plus faibles. L’étude de Quaisy qui ne repose que sur trente-deux streamers est assez révélatrice, même si ce nombre reste assez faible. Je vous invite à aller voir sa vidéo expliquant ses recherches. Cela peut ressembler à un coup de pub caché et destiné à attirer de nouveaux joueurs.

Mais si cela se révèle vrai, on peut dire que c’est une sorte de pub mensongère. Les streamers promotionnent le jeu en y jouant et attirent de nouveaux joueurs. Cette stratégie commerciale semble peu honnête car elle ne révèle pas le vrai jeu.


Le script, dont les sources sont presque vraies (un brevet déposé par Activision en 2017), affirme aussi que, durant les parties, tout joueur ayant un niveau élevé se verra baisser ses capacités (vie, aim assist(5), …) et les joueurs rencontrant des difficultés dans ces parties se verront attribuer des capacités booster. Bien évidemment cela n’est pas vérifiable sur le jeu MW car ce dispositif est invisible pour les joueurs, et le brevet date d’avant la sortie de Modern Warfare et Warzone.


Quelles solutions face aux critiques ?


Selon moi, Call of Duty devrait créer une ligue : un mode classé comme Fortnite par exemple, réunissant les joueurs tryhard et les joueurs moins sérieux. Une ligue pour pouvoir jouer contre des gens de son niveau. Ce qui tue Call of Duty n’est donc pas le SBMM mais le fait que tous les joueurs tryhard et détente se retrouvent dans les mêmes parties. Activision devrait donc créer une deuxième liste matchmaking comme Fortnite pour séparer les deux.

Le matchmaking pourrait être aussi fait en fonction de critères autres que les statistiques ; cela peut être l’expérience, ou encore la connexion des joueurs.

Le smurfing lui pourrait être combattu efficacement avec le cheat avec une même solution : lier le téléphone portable au compte Activision. Il serait plus dur de recréer un compte et donc plus dur pour les cheaters de revenir.

La licence Call of Duty est très critiquée car pour les joueurs, Activision ne s’occupe que de la boutique et peu de la satisfaction du joueur. Activision sort beaucoup de cosmétiques et ne s’occupe que peu des serveurs ou encore du problème des cheaters bien trop présents à mon goût dans le jeu.


Au final, Warzone reste un très bon jeu, le gameplay est fluide et les méta sont souvent assez bien gérées avec de la nouveauté constante (avec l’arrivée de la nouvelle map et Vanguard).

Mais la façon dont Activision gère le jeu est très critiquable. Le SBMM, et la présence rébarbative de cheaters dans les parties peuvent gâcher l’expérience de jeu



Pierre MERCIER




Définitions :

(1) Fait de se concentrer beaucoup plus et de jouer la victoire plutôt que les kills

(2) Ratio élimination/mort

(3) Avoir un second compte dont le niveau est plus bas

(4) Fait qu’acheter des éléments de la boutiques donne des avantages

(5) Aide à la visée pour les joueurs manette.



Sources :

https://www.youtube.com/watch?v=kHGOcPtpGno&t=134s

https://appft.uspto.gov/netacgi/nph-Parser?Sect1=PTO2&Sect2=HITOFF&p=2&u=%2Fnetahtml%2FPTO%2Fsearch-bool.html&r=60&f=G&l=50&co1=AND&d=PG01&s1=Activision&OS=Activision&RS=Activision

https://dotesports.com/fr/cod/news/quest-ce-que-le-sbmm-sur-call-of-duty-modern-warfare-et-warzone

Des matchs plus faciles pour les streamers de Warzone ? - Dexerto.fr

La théorie d'un matchmaking pay-to-win sur Warzone met le feu aux poudres - Dexerto.fr

Une fuite Warzone affirme que des bots IA devraient arriver - Dexerto.fr

https://www.youtube.com/watch?v=EQbL2iGndCw&t=439s


Archives
Une équipe littosphérique
Emma%20Megardon_edited.jpg
Alexandre Desborbes.jpg
Léo_Quoit-Nastuzzi.jpg
Adrien Brunelot.jpg
Th%C3%A9mis%20Julien_edited.jpg
Charlotte%20Gruson_edited.jpg
91821817_592156398064446_472070703302259
Mathis%20Giovannetti_edited.jpg
Luc.JPG
Matthieu Litto'sphère (4).jpg
Aymeric.JPG
Baptiste.JPG
Florian.JPG
Lou.JPG
Maïlys.JPG
Articles archivés
Recherche par tags
Nos réseaux sociaux