For The Honor of GraySkull ! - She-ra and the princesses of power



Si tu n’aimes pas les dessins animés, que tu penses qu’ils sont réservés aux enfants, et qu’ils ne peuvent rien transmettre d’intéressant… Tout d’abord je suis désolée pour toi. Ensuite, peut-être que cet article n’est pas pour toi, mais qui sait, il pourrait au contraire te faire changer d’avis ?


Si tu es un.e fan de Steven Universe, Gravity Falls… Alors reste, ça va t’intéresser.


Aujourd’hui on va parler d’animation, de princesses et de licornes, mais aussi de guerre, de manichéisme, d’environnement, mais par-dessus tout de REPRESENTATION.

Qu’est-ce donc que Shera et les princesses au pouvoir ? C’est une série télévisée d'animation américaine diffusée sur Netflix et créée par Noelle Stevenson, qui s’est terminée en mai 2020.






C’est aussi un reboot de la série d'animation She-Ra, la princesse du pouvoir, diffusée entre 1985 et 1986. Mais si, tu sais, celle qui ressemble à ça :








La série commence sur Adora, membre de la Horde, une armée qui fait la guerre aux princesses. Orpheline, elle a été élevée dans la Horde, dans l’idée qu’ils faisaient le bien /Plot-twist : Non/

Au cours d’une mission, elle va découvrir une épée magique qui lui donne la capacité de se transformer en la puissante guerrière She-Ra. Elle va rencontrer Glimmer et Bow, quitter la Horde, et joindre la rébellion dans le but de sauver la planète Etheria.


Dès le départ, même si on peut y voir un synopsis assez anodin, on nous parle tout de même d’élever des enfants dans une illusion pour en faire des soldats, de la bravoure de quitter le seul foyer que l’on n’ait jamais connu pour suivre ses principes, et des sacrifices que cela engendre. En quittant la Horde, Adora laisse non seulement derrière elle Catra, sa meilleure et seule amie, avec qui elle a grandi, mais se place aussi dans le camp adverse, devenant son ennemie.




C’est ce en quoi la série est très juste : elle n’est jamais manichéenne. Il n’y a pas de personnage tout blanc ou tout noir, mais simplement des nuances. Adora a des défauts, Catra a des moments de bravoures, chacune a sa raison de croire en ce qu’elle croit. De même pour tous les autres personnages.


On en vient à ce qui est pour moi la plus grande force de la série : la représentation. Je laisserai le sujet « Pourquoi la représentation dans les médias est-elle aussi importante ? » à un article pour PRISM, mais le fait est qu’elle l’est. Et qu’est ce qu’il est agréable de voir des femmes fortes, guerrières, sans qu’elles soient stéréotypées. On voit de plus en plus de femmes fortes dans la pop-culture, mais elles sont toujours, plus ou moins sensiblement, opposées à ce qu’on associe comme « girly ». Ici on a des princesses, chevauchant des licornes, qui sont dans le même temps des stratèges de guerre, des cheffes de clans, ou autre. Chacune s’approprie de manière différente sa féminité, sans que sa vision soit plus « juste » que celle d’une autre. D’un point de vue purement physique, on trouve des personnages de toutes origines, d’âges et de silhouettes différentes.


On ne peut évidemment pas parler de représentation dans She-Ra and the princesses of power, sans parler de la représentation des minorités, notamment LGBTQI+. Là où, lorsqu’elle est trop appuyée, on s’en ennuie très vite, She-ra ne construit pas son propos dessus. Beaucoup de personnages sont queers, Bow a deux papas, Spinerella et Netossa, deux personnages féminins, sont en couple, Double-Trouble est un personnage non-binaire, etc. C’est posé comme ça, et aucun débat n’est fait à ce sujet. Cela ne pose un problème à aucun moment. Et c’est comme ça que cela doit être : normalisé.



Évidemment, je ne vous dis pas là qu'il s'agit de la série la plus profonde que vous n'avez jamais vue, ni que le suspens y est insoutenable. Mais pour un.e fan de dessins animés, c'est un must watch. Un dimanche matin, un plaid, du thé et des pancakes, on lance She-Ra et on profite. C'est accessible à tou.te.s, et c'est important d'avoir des séries aussi qualitatives qui sont représentatives sans jamais forcer son propos.

Si vous aimez les batailles épiques, le fantastique et que vous voulez entendre le meilleur générique de tous les temps, je n'ai rien de plus à vous dire à part de vous y lancer !


Archives
Une équipe littosphérique
Articles archivés
Recherche par tags
Nos réseaux sociaux

Litto'sphère, pôle de l'association

FULL GAMES

20 boulevard  Lascrosses, 31000 Toulouse, France

littosphere@tuta.io