Litto'sphère, pôle de l'association

FULL GAMES

20 boulevard  Lascrosses, 31000 Toulouse, France

littosphere@tuta.io

La danse des obèses, Sophie Audouin-Mamikonian

April 6, 2019

 « Un kidnappeur d’obèses ? Comme c’est étrange ! Pourquoi des obèses ?   -C’est justement là qu’est toute la question »

 

Eh oui tel est le thème un peu surprenant de ce thriller signé Sophie Audouin-Mamikonian. Le nom de l’auteur vous dit peut-être quelque chose : principalement connue pour ses séries fantastiques Tara Duncan ou Indiana Teller, l’écrivaine s’est aussi tournée vers un public plus mature avec La couleur de l’âme des anges, et encore récemment Nos destins inachevés. Que vous soyez amateurs de thriller ou novices du genre, l’œuvre concoctée par Sophie Audouin-Mamikonian (nous utiliserons l’abréviation SAM) saura vous régaler. Voyons pourquoi et commençons par une présentation de l’histoire en guise de mise en bouche.

 

 

                L’histoire ou comment une intrigue farfelue se rend captivante.

 

               Le fil rouge de l’histoire est une étrange enquête recherchant un meurtrier qui ne prend pour cible que des personnes en surpoids. Bien évidemment nos protagonistes récolteront des indices permettant d’éclaircir ce mystère au fil de l’œuvre. Enfin « éclaircir » est à nuancer. S’il est certain que les informations découvertes permettent d’apporter de la lumière sur ces morts sanglantes, elles révèlent parfois l’implication d’autres personnages, complexifiant l’affaire, comme la révélation du passé de pédophile de la première victime. La complexité de l’enquête est un point fort important du livre. Les pistes s’entrelacent et le suspense est maîtrisé, permettant à la fois de concevoir la difficulté d’une investigation policière tout en laissant le lecteur faire ses propres suppositions. On reconnaîtra l’influence d’Agatha Christie, référence du genre policier, ainsi un lecteur peu attentif sera sans aucun doute surpris de la résolution de l’enquête. Pour deviner l’identité du coupable il faut au contraire bien noter les indices laissés par l’auteur.

 

 

                Les personnages, ou un arrière-goût de superficialité à la sauce fun.

 

        Outre le suspense accrocheur du récit, l’histoire se savoure grâce à ses personnages. Dirigeons-nous donc vers nos principaux protagonistes forts en caractère. La pédopsychiatre Selena Bartok sera notre héroïne principale. Elle se retrouvera mêlée à l’enquête parce que la première victime du tueur est un pédophile, et l’un des enfants agressés est devenu l’un de ses patients. Mentionnons que nous suivrons également le capitaine de police Philippe Heart. Et dès maintenant, une petite critique peut être faite pour ces personnages, vous allez comprendre si je vous les décris succinctement : Philippe et Selena sont tous les deux grands, beaux, de véritables génies dans leur profession et bien sûr, fortunés. Je ne vous surprendrai sans doute pas non plus en vous dévoilant qu’ils tomberont amoureux. Leur aspect quelque peu irréaliste laisse ainsi un arrière-goût de superficialité. Et bien que les passages descriptifs de leur relation ne soient pas réellement un frein à la lecture de ce thriller, ce sont certainement les parties de l’histoire qui trahissent le plus les précédents écrits jeunesse de l’auteur, même s’il s’agit ici d’une idylle d’adultes. Cela mis à part, il est agréable de les voir remonter les pistes de l’enquête et la confrontation de chacun face à son passé est bien exploitée en tant que sous-intrigue pour ce court roman.

 

              Évoquons tout de même les autres personnages car si certains savent se révéler attachants, comme le médecin légiste Harold Point et son humour noir plutôt amusant, ou Jeanne, l’efficace lieutenant, d’autres seront vite oubliés. Notons aussi que la plupart des « gentils » fidèles aux protagonistes sont, comme d’habitude dans les séries de SAM, sinon des canons de beauté, au moins décrits comme magnifiques. Sérieusement le nombre de personnages possédant des yeux bleus vous fera vous demander si l’histoire se déroule à Paris ou en Finlande. Et si les apparences typées des personnages peuvent paraître étonnantes, finalement l’auteur sait s’en amuser. Cet exemple des yeux bleus illustre bien cela puisque, vers la fin du livre, Elena s’étonne, que Philippe « n’avait pas les yeux bleus comme elle le pensait, mais verts », il faut donc lire ces passages au second degré.

 

 

 

               L’ambiance, ou comment allier humour et meurtre.

 

           Mais redirigeons-nous vers l’ambiance thriller de cet ouvrage. Si les personnages ont bien quelques traits superficiels et qu’une histoire d’amour est relatée, une ambiance plus pesante s’impose finalement. Notamment par la description détaillée des scènes de crime, de l’état des cadavres ou de l’état psychologique des personnages face aux horreurs qu’ils rencontrent. Un parti-pris particulier de l’auteur sert particulièrement bien l’instauration de l’atmosphère macabre : certains courts chapitres sont dédiés au point de vue du meurtrier tant recherché. On assiste donc à quelques instants de grande cuisine sur fond de musique classique suivis de séances de tortures. Être un tueur sadique activement recherché, oui, mais avec classe et raffinement s’il vous plait.

 

 

                Enfin la plume de l’auteur sert particulièrement bien l’ouvrage et rend la lecture fluide, alliant habilement atmosphère machiavélique et humour.  Ce roman est un triller à découvrir pour son intrigue quelque peu sanglante et son suspense dosé d’une main de maître, permettant de se prendre au rôle de détective.

 

Partager sur Facebook
Retweeter
Please reload

Archives
Une équipe littosphérique
Luc.JPG
Baptiste.JPG
Florian.JPG
Aymeric.JPG
Matthieu Litto'sphère (4).jpg
Lou.JPG
Maïlys.JPG
Articles archivés
Please reload

Recherche par tags
Nos réseaux sociaux