Litto'sphère, pôle de l'association

FULL GAMES

20 boulevard  Lascrosses, 31000 Toulouse, France

littosphere@tuta.io

Berserk : Donner corps aux pires cauchemars

February 15, 2019

Existe-il en ce monde la main de Dieu ? Une loi qui transcenderait tout et disposerait du destin des hommes ? Quoi qu’il en soit, les hommes ne sont même pas maîtres de leur propre volonté.

 

Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant le mois dernier la série originale de Berserk sur Netflix ! (En studieuse personne que je suis.) Ni une ni deux je me replonge dans cet univers noir et sombre et noir et… je vous ai déjà dit qu’il était sombre ?

 

 

Berserk : Le rêve de l'un est le cauchemar d'un autre

 

 

Depuis 1989, Kentaro Miura éblouit les amateurs de seinen (manga pour jeune homme) avec les planches infiniment travaillées de son manga Berserk. Ne soyez pas étonnés, un manga qui dure depuis 30 ans ce n’est pas si rare, et on lui pardonne facilement l’attente lorsqu’on voit le soin apporté au détail.

 

Berserk ou berserkeur, désigne à l’origine un guerrier scandinave capable d’entrer dans une transe de nature sacrée, lui permettant d’obtenir une grande puissance.

 

 

 

Ce manga raconte l’histoire de Guts et la bande de mercenaires dirigée par Griffith. Commandant ambitieux, ce dernier noue une amitié ambiguë avec notre héros, guerrier formidable maniant une immense épée. Dans une inspiration de l’Europe du XVIème, on suivra les aventures de cette Troupe du Faucon, leur âge d’or et leur décadence, puis la quête de Guts après son départ de la bande.

 

 

 

 

 

 

 

En apparence, Guts est un personnage effrayant. Un corps de colosse marqué par d’innombrables combats, un faciès menaçant et une épée encore plus sinistre. Mais au fil du temps on découvre quelqu’un de profondément humain, complexe et réfléchi. Sa lourde épée, attachée à nu dans son dos, apparaît plutôt comme un fardeau et un élément finalement vulnérable. On discerne aussi chez Guts les vestiges d’un enfant brisé, l’empêchant d’établir des relations saines avec qui que ce soit. Une âme détruite qui ne sait comment se reconstruire, et qui retrouve un sens à sa vie au sein de la bande du Faucon, avant de le perdre à nouveau. Convoité, manipulé, rejeté, Guts se lance désormais dans une longue quête. Simple vengeance ? La réalité est un peu plus complexe. Tout au long de son chemin Guts rencontrera bien sûr de nombreux ennemis mais également quelques alliés, qui sous son aile protectrice, l’aideront et évolueront eux aussi. Certains sont travaillés, d’autres essentiellement comiques, mais il est vrai qu’on a bien besoin d’un peu de lumière dans ce monde cruel.

 

 

 

Lorsque je parle de dark fantasy, je pèse mes mots. L’univers, surtout celui du manga, nous confronte aux facettes les plus noires de l’humanité : tyrannie religieuse, massacres, viols et j’en passe. Malgré tous les monstres difformes représentés dans cette œuvre, on se rend vite compte que les plus abjects ont une apparence humaine, et sont mus par des volontés terrestres : leur ambition, leurs désirs et leur volonté de rendre leur monde meilleur, au dépend de leur prochain. Les monstres ne sont qu’une représentation physique de cette part d’ombre de l’humanité.

 

Le manga commence avec cet air de fantasy cliché un peu fade et dénué de problématique intéressante avant de virer sur une réflexion mêlant athéisme et philosophie lovecraftienne, les personnages de Berserk étant apparemment dirigés par la loi de la causalité et influencés par des formes de vie supérieures.

 

 

Une source d'inspiration pour toute la fantasy

 

 

Le genre de la dark fantasy est plutôt rare au pays du Soleil Levant, et les adeptes sont exigeants. Berserk a percé dans ce secteur, suivi par Claymore ou encore Uber Blatt. Même en Occident, il a inspiré certains, comme le célèbre jeu vidéo Dark Souls qui reprend largement son univers. Marvel fait même un gros clin d’œil à la scène de l’éclipse dans Avengers : Infinity War.

On déplorera cependant le rythme lent de publication qu'a adopté Kentaro Miura ces dernières années, ainsi qu'un manque de dynamisme dans l"histoire : l'intrigue fait des détours inutiles dans les derniers volumes, et s'étend sur des personnages peu intéressants.

 

 

Adaptations : que choisir ?

 

 

Berserk est un manga d’actuellement une quarantaine de tomes qui a été adapté sous plusieurs formes. 

Malgré plusieurs essais, les adaptations du manga ne sont jamais à la hauteur, et l'oeuvre subit une perte en qualité irrémédiable lorsqu'elle est adaptée dans un autre format.

 

3 jeux vidéo de type RPG/Hack-n-Slash ont été produits, dont 2 exclusivement parus au Japon. Le seul sorti mondialement "Berserk & the Band of the Hawk” a été plutôt bien reçu par les amateurs de ce style de jeu et suit bien la trame du manga.

La série animée japonaise de 1997 a pris un petit coup de vieux, mais elle reste très agréable à regarder et fidèle à l’histoire originelle. Les musiques composées par Susumu Hirasawa subliment l’univers monstrueux et mystérieux de Berserk. Le problème est qu’elle se termine beaucoup trop tôt ! Elle ne couvre que la première partie de l’histoire de Guts, jusqu’à la fameuse éclipse. Une bonne mise en bouche qui nous laisse sur notre faim…

 

 

Plus récemment, en 2012, une trilogie de films est sortie, s’arrêtant exactement au même moment que l’anime de 1997. Elle est suivie d’un anime comportant 2 saisons à l’heure actuelle. Mais pour ceux qui ont lu le manga et qui ont pu apprécier l'époustouflante maîtrise artistique de Kentaro Miura, ces films et surtout l’anime qui les suit vous piqueront les yeux. En effet, ils ont été réalisés avec une technique 3D un peu douteuse, qui nuit grandement à l’atmosphère sombre de Berserk. Les amateurs d’anime seront très heureux d’entendre les musiques épiques de Shirou Sagisu (compositeur pour Bleach, Neon Genesis Evangelion, Magi) mêlées à celles d’Hirasawa.

 

 

 

 

Si vous êtes intéressés par Berserk, je vous conseille de regarder l’anime de 1997 ou la trilogie de films pour vous donner un avant-goût de cet univers. Libre à vous d’enchainer sur le manga, mais je vous préviens tout de suite, l’histoire n’est pas achevée et l’auteur publie rarement, gardez patience !

Partager sur Facebook
Retweeter
Please reload

Archives
Une équipe littosphérique
Luc.JPG
Baptiste.JPG
Florian.JPG
Aymeric.JPG
Matthieu Litto'sphère (4).jpg
Lou.JPG
Maïlys.JPG
Articles archivés
Please reload

Recherche par tags
Nos réseaux sociaux